Combien de personnes utilisent la cigarette électronique en France aujourd’hui ?

Vapoter devient un style, une tendance d’aujourd’hui. Cette situation résulte en partie de l’augmentation du prix du tabac, de la composition du produit, de ses effets bénéfiques sur la santé des fumeurs de cigarettes classiques. Et si ce produit est devenu far pour diverses raisons, peut-on estimer le nombre exact des vapoteurs dans l’Hexagone.

La cigarette électronique

Le produit moderne a vu le jour en Chine et par la force du commerce virtuel, il a parcouru le monde et a reconnu un succès phénoménal. Cependant, les premières références documentées concernant une e-cigarette remonteraient aux années 1930, époque à laquelle Joseph Robinson l’a brevetée aux États-Unis. En revanche, rien ne prouve que cette technologie n’ait jamais été utilisée ou qu’un prototype ait jamais été réalisé. Ainsi, le tout premier objet physique semblable à une e-cigarette naquit en 1965 aux États-Unis aux mains de Herbert A. Gilbert qui breveta certains éléments de la technologie qui y était utilisée. Son produit n’a toutefois pas obtenu une popularité ou une plus grande reconnaissance. Et il n’a jamais pu profiter de ses brevets parce qu’ils étaient en avance sur leur temps bien qu’ils ressemblaient beaucoup aux éléments de l’e-cigarette moderne. Les brevets ont expiré une dizaine d’années avant le début de la production en série des e-cigarettes. Vapoter devient, au fil du temps, populaire, il constitue une alternative pour tous ceux qui désirent cesser de fumer. La cigarette électronique n’a, à priori, pas d’effets nocifs sur la santé, Elle ne dispose pas de propriété cancérigène. Le système ingénieux repose sur la simplicité : par le biais de l’e-liquide, les vapoteurs obtiennent une vapeur qu’ils inhalent. C’est l’e-liquide qui fait la différence et la spécificité du produit. Il peut contenir de la nicotine, que l’on peut doser. Mais aussi d’autres saveurs et parfums. Comme son marché est en plein boom, les fabricants vont jusqu’à mettre des dérivés de cannabis dans l’e-liquide.

La France et la cigarette électronique

Jusqu’à ce jour, il n’y a pas d’étude officielle entreprise sur la consommation des e-cigarettes en France. Ceci étant, statistiquement parlant, le nombre estimé des Français vapoteurs est de 3 millions. Ce nombre englobe, ceux qui ont juste essayé le produit sans aller plus loin. Ceux qui veulent arrêter de fumer et a recours à la cigarette électronique pour diminuer la prise des cigarettes classiques. Ceux qui associent les deux, c’est-à-dire qu’ils prennent en même temps e-cigarettes et cigarettes classiques. Et ceux qui sont des adeptes des vapoteurs. Ceux-là créent eux-mêmes l’e-liquide qu’ils utilisent. Son succès est du au fait qu’elle soit un phénomène mondial. Rajouter à cela le fait qu’il n’y a pas de législation précise sur son utilisation, alors chacun fait ce qu’il veut. Les ventes se sont également multipliées dans les magasins. Les buralistes espèrent que ce nouveau dispositif comblera la lente baisse des ventes de tabac, qui devrait encore se dégrader dans le contexte de l’obligation pour la France de permettre aux fumeurs d’acheter plusieurs cartons de cigarettes en toute impunité à l’étranger. En outre, de nombreux pharmaciens vendent des cigarettes électroniques bien qu’ils ne soient pas légalement autorisés à le faire.

La cigarette électronique, une affaire qui marche

C’est un marché colossal, on l’estime à plus d’un milliard d’Euros rien que dans l’hexagone. La cigarette électronique a fait naître des milliers boutiques spécialisées dans sa vente. Et des milliers d’emplois dans sa fabrication. Tout cela pour dire que vous n’avez pas fini d’en entendre parler. Les start-up dans sa fabrication innovent toujours le produit dans sa fabrication, forme, couleur, capacité, mais surtout l’e-liquide qui n’a pas de limite. Le business des cigarettes électroniques progresse, et les fabricants se battent pour devenir le leader sur le marché. Cependant les risques de dérives existent. Les autorités ont pu constater durant ces dernières années que les fumeurs de cannabis utilisent de plus en plus ce dispositif. En outre, des voix commencent à s’élever pour dénoncer des risques de certains produits contenus dans l’e-liquide comme nocif.